Quatorze billes bien rangées sur le plateau qui attendent en rangs serrés ceux qui vont les pousser, les entraîner vers le bord. Elles brillent dans la lumière tels des astres et leurs rondeurs attirent les enfants davantage que les angles fermés des pièces d’échecs. Privés de courbes et de simplicité dans les manœuvres, les échecs passent derrière l’intérêt pour ces boules si sensuelles. Rien que de les prendre dans la main apaise, rassure, donne du plaisir. Quel jeu génial inventé en 1988 dont le succès reste très fort.

Un commentaire sur « L’abalone »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s